Biologie cellulaire

223 résultat(s) en 0.08 s

  • Cellule infectée par le virus de la fièvre de la Vallée du Rift
    Cellule infectée par le virus de la fièvre de la Vallée du Rift. Les flèches (à gauche et à droite) indiquent la présence d'un filament nucléaire formé par la protéine non struturale NSs. En bas à droite, agrandissement de la région de l'appareil de Golgi d'où bourgeonnent les particules virales.
    Institut Pasteur/Michèle Bouloy et Pierre Gounon I05267
    Cellule infectée par le virus de la fièvre de la Vallée du Rift

     

  • Chlamydia à la surface d'une cellule
    Chlamydia liée à la surface d'une cellule épithéliale observée en microscopie électronique à balayage. Les bactéries sont marquées avec des anticorps couplés à des billes d'or (points blancs sur la photo).
    © Institut Pasteur I05270
    Chlamydia à la surface d'une cellule

     

  • Listeria monocytogenes pénétrant dans une cellule intestinale humaine en culture
    Listeria monocytogenes pénétrant dans une cellule intestinale humaine en culture (cellule Caco-2). Microscopie à transmission.
    © Institut Pasteur I04965
    Listeria monocytogenes pénétrant dans une cellule intestinale humaine en culture

     

  • Corps de Negri
    Corps de Negri : inclusions cytoplasmiques dans cellules de cerveau de chien, signe de l'infection par le virus rabique, dues à des amas de virus. Coloration de Sellers.
    © Institut Pasteur I00425
    Corps de Negri

     

  • Virus Chikungunya (en rouge) bourgeonnant à la surface de cellules épithéliales humaines
    Virus Chikungunya (en rouge) bourgeonnant à la surface de cellules épithéliales humaines en culture.
    Cellule humaine infectée par le virus Chikungunya. Le virus a une forme ronde, on peut distinguer sa capside (une espèce de coquille) entourée d'une enveloppe. La taille des virus est de 70 nanomètres (un nanomètre est un million de fois plus petit qu'un millimètre). Image colorisée.

    © Institut Pasteur/Marie-Christine Prévost, Plate-forme de microscopie ultrastructurale, Marion Sourisseau et Olivier Schwartz, unité Virus et immunité. I05514
    Virus Chikungunya (en rouge) bourgeonnant à la surface de cellules épithéliales humaines

     

  • Cellule humaine infectée par le virus Chikungunya
    Cellule humaine infectée par le virus Chikungunya. Le virus a une forme ronde (en rouge). On peut distinguer sa capside (une espèce de coquille) entourée d'une enveloppe. La taille des virus est de 70 nanomètres (un nanomètre est un million de fois plus petit qu'un millimètre). Image colorisée.
    © Institut Pasteur/Marie-Christine Prévost, Plate-forme de microscopie ultrastructurale, Marion Sourisseau et Olivier Schwartz, unité Virus et immunité. I05515
    Cellule humaine infectée par le virus Chikungunya

     

  • Cellules infectées par Chlamydia trachomatis
    Les chlamydies (en jaune-vert) se multiplient exclusivement dans une cellule hôte (noyau en bleu). Elles secrètent, dans le cytosol de la cellule hôte, des protéines (en rouge) qui jouent un rôle dans la pathogénicité.
    © Institut Pasteur I05527
    Cellules infectées par Chlamydia trachomatis

     

  • Cellules infectées par Chlamydia caviae
    Cellules en culture après infection par Chlamydia caviae. Les bactéries, marquées en vert, se multiplient à l'intérieur d'un compartiment membranaire. Le noyau des cellules est coloré ici en bleu.
    © Institut Pasteur I05405
    Cellules infectées par Chlamydia caviae

     

  • Bourgeonnement de particules virales du virus de la fièvre de la Vallée du Rift dans l'appareil de Golgi d'une cellule infectée
    Cellule infectée par le virus de la fièvre de la Vallée du Rift. Agrandissement de la région de l'appareil de Golgi d'où bourgeonnent les particules virales.
    Institut Pasteur/Michèle Bouloy et Pierre Gounon I05544
    Bourgeonnement de particules virales du virus de la fièvre de la Vallée du Rift dans l'appareil de Golgi d'une cellule infectée

     

  • Cellule infectée par le virus de la fièvre de la Vallée du Rift
    Cellule infectée par le virus de la fièvre de la Vallée du Rift. Les flèches (à gauche et à droite) indiquent la présence d'un filament nucléaire formé par la protéine non struturale NSs.
    © Institut Pasteur I05543
    Cellule infectée par le virus de la fièvre de la Vallée du Rift

     

  • Astrocytes de rat en culture marqués par immunofluorescence
    Astrocytes de rat en culture marqués par immunofluorescence. On observe les jonctions adhérentes marqués en vert gràce à des anticorps anti-cadhérin, les centrosomes en rouge, les noyaux en bleu, et les microtubules en blanc.
    © Institut Pasteur I05981
    Astrocytes de rat en culture marqués par immunofluorescence

     

  • Cellules de gliome non polarisées
    Marquage par immunofluorescence d'astrocytes tumoraux ou astrocytomes (lignée cellulaire humaine U373), montrant en rouge, APC et en vert, la tubuline des microtubules.
    APC est un supresseur de tumeur qui est impliqué dans la polarisation des astrocytes normaux. La localisation d'APC est altérée dans des lignées de gliomes.
    Pour essayer de corriger, les dérèglements observés lors de la migration des cellules d'astrocytes tumoraux ou gliomes on cherche à connaitre les mécanismes moléculaires fondamentaux qui controlent la polarisation et la migration cellulaire.

    © Institut Pasteur/Emeline Camand, Polarité et migration cellulaire I05997
    Cellules de gliome non polarisées

     

  • Astrocyte de rat polarisé en migration marqué par immunofluorescence
    Astrocyte de rat polarisé en migration marqué par immunofluorescence. La migration cellulaire débute par la mise en place d'un axe de polarité des cellules qui correspond à la réorganisation de l'architecture cellulaire suivant la direction de la migration. On observe en vert les microtubules, en rouge l'actine, en blanc le centrosome, en bleu le noyau.
    En étudiant les conditions de la migration astrocytaire on espère pouvoir corriger les dérèglements observés lors de la migration des cellules d'astrocytes tumoraux ou gliomes, des tumeurs cérébrales extrèmement invasives et particulièrement difficiles à traiter.

    © Institut Pasteur I05994
    Astrocyte de rat polarisé en migration marqué par immunofluorescence

     

  • Astrocytes de rat polarisés en migration marqués par immunofluorescence
    Astrocytes de rat polarisés en migration marqués par immunofluorescence. La migration cellulaire débute par la mise en place d'un axe de polarité des cellules qui correspond à la réorganisation de l'architecture cellulaire suivant la direction de la migration. On observe en bleu les noyaux, en vert les microtubules, en rouge les centrosomes.
    En étudiant les conditions de la migration astrocytaire on espère pouvoir corriger les dérèglements observés lors de la migration des cellules d'astrocytes tumoraux ou gliomes, des tumeurs cérébrales extrèmement invasives et particulièrement difficiles à traiter.

    © Institut Pasteur/Sandrine Etienne-Manneville I05993
    Astrocytes de rat polarisés en migration marqués par immunofluorescence

     

  • Astrocytes de rat adhérents sur un grand micropatron circulaire
    Astrocytes de rat adhérents sur un grand micropatron circulaire. Il est possible de faire adhérer un ou plusieurs astrocytes sur des micro patrons adhésifs de différente taille pour visualiser l'organisation des éléments du cytosquelette, du centrosome et des jonctions cellulaires en fonction de la forme du patron adhésif et de la présence de cellules voisines. L'image en immunofluorescence (en bleu les noyaux, en rouge les centrosomes, en vert la cadhérine des jonctions adhérentes) montre la polarisation des cellules vers l'extérieur du patron adhésif.
    Barre d'échelle : 10 microns

    Institut Pasteur/Isabelle Vallois-Dupin I05982
    Astrocytes de rat adhérents sur un grand micropatron circulaire

     

  • Cellule infectée par le virus West Nile
    Virus West Nile, transmis par des moustiques du genre Culex. Cellule en cours de production virale (flèches). Agent d'arboviroses atteignant surtout les oiseaux (réservoir naturel), également les mammifères et occasionnellement l'homme (hôte incident). Chez l'homme le virus provoque des fièvres importantes, et dans 15% des cas des complications (méningites, encéphalites...).
    © Institut Pasteur I04841
    Cellule infectée par le virus West Nile

     

  • Cellules infectées par le virus West Nile
    Cellules de cerveau de souris infectées par le virus West Nile (coloré en rouge par la technique d'immunohistochimie).
    Virus transmis par les moustiques Aedes et Culex aux mammifères et aux oiseaux provoquant une encéphalite qui peut être mortelle chez l'homme.

    © Institut Pasteur I04796
    Cellules infectées par le virus West Nile

     

  • Bornavirus infectant des cellules de Purkinje
    Bornavirus (virus à ARN neurotrope) infectant des cellules de Purkinje du cervelet. Détection de l'antigène du bornavirus par immunocytochimie chez le rat Lewis infecté. Ce virus est responsable d'infections persistantes du système nerveux central chez de nombreux mammifères, accompagnées de troubles comportementaux divers. Il existe des arguments plaidant pour des infections possibles chez l'homme et une éventuelle implication du virus dans certaines maladies psychiatriques, comme la schizophrénie.
    © Institut Pasteur I04794
    Bornavirus infectant des cellules de Purkinje

     

  • Phagocytose de trois bactéries par un macrophage. Image colorisée.
    Phagocytose de trois bactéries par un macrophage. Image colorisée.
    © Institut Pasteur - photo Maurice Lesourd I04395
    Phagocytose de trois bactéries par un macrophage. Image colorisée.

     

  • Cellule infectée par le virus West Nile
    Cellule infectée par le virus West Nile, responsable de la fièvre du Nil Occidental, transmis pricipalement par des moustiques du genre Culex. Cellule en cours de production virale (flèches). Agent d'arboviroses atteignant surtout les oiseaux (réservoir naturel), également les mammifères et occasionnellement l'homme (hôte incident). Chez l'homme le virus provoque des fièvres importantes, et dans 15% des cas des complications (méningites, encéphalites...).
    © Institut Pasteur I04302
    Cellule infectée par le virus West Nile