Instabilité génomique et cancer

9 résultat(s) en 0.04 s

  • ADN interphasique et métaphasique de cellules pre-B.
    Afin de quantifier l’instabilité génomique due au processus de recombinaison V(D)J dans différentes lignées cellulaires pre-B de souris, les chromosomes métaphasiques sont marqués par FISH (Fluorescent In Situ Hybridization) avec des sondes spécifiques du locus Igk codant pour la chaîne légère des Immunoglobulines (Igk-V en vert), et un paint du chromosome 6 (en rouge). L’ADN est marqué avec du DAPI (en bleu).
    Image prise avec un microscope à fluorescence ZEISS AxioImager Z2 (Objectif X63) et analysée avec le logiciel Isis (Metafer).

    © Institut Pasteur/Chloé Lescale (Laboratoire de Ludovic Deriano) 50152
    ADN interphasique et métaphasique de cellules pre-B.

     

  • Chromosomes métaphasiques et noyaux interphasiques de cellules pre-B
    Chromosomes métaphasiques marqués par multi-FISH (Fluorescent In Situ Hybridization). Visualisation des chromosomes marqués avec du DAPI et différentes combinaisons de sondes spécifique à chaque paire de chromosomes.
    Image prise avec un microscope à fluorescence ZEISS AxioImager Z2 (Objectif X63) et analysée avec le logiciel Isis (Metafer).

    © Institut Pasteur/Hélène Lenden Hasse (Laboratoire de Ludovic Deriano) 50153
    Chromosomes métaphasiques et noyaux interphasiques de cellules pre-B

     

  • Chromosomes métaphasiques d’une cellule lymphoïde cancéreuse
    Au cours du développement lymphocytaire, le processus de recombinaison V(D)J peut, en cas de défaut de réparation de l’ADN, induire une instabilité génomique et le développement de lymphomes/leucémies. Afin d’identifier les translocations spécifiques de tumeurs obtenues dans différents modèles murins, le caryotype des cellules tumorales est établi en marquant les chromosomes par multi FISH (Fluorescent In Situ Hybridization). Une fausse couleur est attribuée à chaque paire de chromosomes marquée avec une
    combinaison de sondes spécifiques, permettant ainsi leur identification.
    Cette tumeur présente ici des translocations impliquant les chromosomes 12 (porteur du locus Igh codant pour la chaine lourde des anticorps), 15 (porteur de l’oncogène c-myc) et 6 (porteur du locus Igk codant pour la chaine légère des anticorps).
    Image prise avec un microscope à fluorescence ZEISS AxioImager Z2 (Objectif X63) et analysée avec le logiciel Isis (Metafer).

    © Institut Pasteur/Chloé Lescale (Laboratoire de Ludovic Deriano) 50160
    Chromosomes métaphasiques d’une cellule lymphoïde cancéreuse

     

  • Chromosomes métaphasiques d’une cellule lymphoïde cancéreuse présentant une amplification des gènes Igh et c-myc
    Des modèles de souris présentant une déficience héréditaire de la voie de réparation NHEJ (Non Homologous End Joining) et déficientes pour le gène suppresseur de tumeurs p53 développent des tumeurs pro-B caractéristiques, présentant des translocations et amplifications impliquant le locus Igh (codant pour la chaîne lourde des Immunoglobulines) et l’oncogène c-myc.
    Ces amplicons sont détectés ici par FISH (Fluorescent In Situ Hybridization) en utilisant des sondes spécifiques des loci Igh (en rouge) et c-myc (en vert). L’ADN est marqué avec du DAPI (en bleu).
    Image prise avec un microscope à fluorescence ZEISS AxioImager Z2 (Objectif X63) et analysée avec le logiciel Isis (Metafer).

    © Institut Pasteur/Chloé Lescale (Laboratoire de Ludovic Deriano) 50162
    Chromosomes métaphasiques d’une cellule lymphoïde cancéreuse présentant une amplification des gènes Igh et c-myc

     

  • Chromosomes métaphasiques d’une cellule pro-B avec une translocation impliquant le locus Igh
    Afin de quantifier l’instabilité génomique due au processus de recombinaison V(D)J dans les progéniteurs lymphoïdes de différents modèles murins, les chromosomes métaphasiques sont marqués par FISH (Fluorescent In Situ Hybridization) avec des sondes spécifiques du locus Igh codant pour la chaîne lourde des Immunoglobulines (Igh-C en rouge, Igh-V en vert), et un marquage spécifique du chromosome 12 (en bleu). L’ADN est marqué avec du DAPI (en blanc).
    Image prise avec un microscope à fluorescence ZEISS AxioImager Z2
    (Objectif X63) et analysée avec le logiciel Isis (Metafer).

    © Institut Pasteur/Chloé Lescale (Laboratoire de Ludovic Deriano) 50165
    Chromosomes métaphasiques d’une cellule pro-B avec une translocation impliquant le locus Igh

     

  • Chromosomes métaphasiques et noyaux interphasiques de cellules pre-B
    Chromosomes métaphasiques marqués par multi-FISH (Fluorescent In Situ Hybridization). Visualisation des chromosomes marqués avec du DAPI et différentes combinaisons de sondes spécifique à chaque paire de chromosomes.
    Image prise avec un microscope à fluorescence ZEISS AxioImager Z2 (Objectif X63) et analysée avec le logiciel Isis (Metafer).

    © Institut Pasteur/Hélène Lenden Hasse (Laboratoire de Ludovic Deriano) 50170
    Chromosomes métaphasiques et noyaux interphasiques de cellules pre-B

     

  • Chromosomes métaphasiques d’une cellule pre-B avec une translocation impliquant le locus Igk.
    Afin de quantifier l’instabilité génomique due au processus de recombinaison V(D)J dans différentes lignées cellulaires pre-B de souris, les chromosomes métaphasiques sont marqués par FISH (Fluorescent In Situ Hybridization) avec des sondes spécifiques du locus Igk codant pour la chaîne légère des Immunoglobulines (Igk-C en rouge, Igk-V en vert), et un paint du chromosome 6 (en blanc). L’ADN est marqué avec du DAPI (en bleu).
    Image prise avec un microscope à fluorescence ZEISS AxioImager Z2 (Objectif X63) et analysée avec le logiciel Isis (Metafer).

    © Institut Pasteur/Chloé Lescale (Laboratoire de Ludovic Deriano) 50171
    Chromosomes métaphasiques d’une cellule pre-B avec une translocation impliquant le locus Igk.

     

  • Chromosomes métaphasiques et noyaux interphasiques de cellules pre-B
    Chromosomes métaphasiques marqués par multi-FISH (Fluorescent In Situ Hybridization). Une fausse couleur est attribuée à chaque paire de chromosomes marquée avec une combinaison de sondes spécifiques, permettant ainsi leur identification.
    Image prise avec un microscope à fluorescence ZEISS AxioImager Z2 (Objectif X63) et analysée avec le logiciel Isis (Metafer).

    © Institut Pasteur/Hélène Lenden Hasse (Laboratoire de Ludovic Deriano) 50173
    Chromosomes métaphasiques et noyaux interphasiques de cellules pre-B

     

  • Chromosomes métaphasiques et caryotype d’une cellule lymphoïde cancéreuse.
    Au cours du développement lymphocytaire, le processus de recombinaison V(D)J peut, en cas de défaut de réparation de l’ADN, induire une instabilité génomique et le développement de lymphomes/leucémies.
    Afin d’identifier les translocations spécifiques de tumeurs obtenues dans différents modèles murins, le caryotype des cellules tumorales est établi en marquant les chromosomes par multi FISH (Fluorescent In Situ Hybridization). Une fausse couleur est attribuée à chaque paire de chromosomes marquée avec une combinaison de sondes spécifiques, permettant ainsi leur identification. Cette tumeur présente ici des translocations impliquant les chromosomes 12 (porteur du locus Igh codant pour la chaine lourde des anticorps), 15 (porteur de l’oncogène c-myc) et 6 (porteur du locus Igk codant pour la chaine légère des anticorps).
    Image prise avec un microscope à fluorescence ZEISS AxioImager Z2 (Objectif X63) et analysée avec le logiciel Isis (Metafer).

    © Institut Pasteur/Chloé Lescale (Laboratoire de Ludovic Deriano) 50935
    Chromosomes métaphasiques et caryotype d’une cellule lymphoïde cancéreuse.